Blow-Entertainment
BLOW Your Mind !

[CRITIQUE D’ALBUM] Lil Peep – Come Over When You’re Sober pt.2

0

Come Over When You’re Sober pt.2

 

Un peu plus d’un an après sa mort, Lil Peep continu de séduire les amateurs de rap du monde entier. Son premier album, Come Over When You’re Sober Pt.1 a connu un fort succès par son style nouveau et très sombre. Lil Peep vivait en flirtant avec la mort et semblait en paix avec cette proximité, ce qui n’a rien à voir avec une envie de mourir. Il a accepté cette idée d’être proche de la ligne rouge et qu’il pouvait la franchir à tout moment. Une clarté d’esprit qui transparait simplement et systématiquement dans ses paroles. Le rappeur n’a jamais évité le sujet de sa dépression et des ses problèmes d’addiction, bien au contraire. Il a su mettre les mots justes sur les problèmes de sa vie, sans pour autant se plaindre. Il parlait de sa douleur avec intensité, ce qui a réconforté de nombreux fans dans leurs chagrins, accompagnés par celui de Lil Peep.

Cette représentation à haute voix de dépression profonde était le centre émotionnel du travail de Peep. Il émanait de tout ce qu’il avait fait et se répercute dans Come Over When You are Sober Pt. 2. Le projet était en gestation depuis plus d’un an, alors que Smokeasac, ami proche du rappeur et producteur, s’est penché sur l’album inachevé et la voix de Peep aux côtés de sa mère.

Il n’y a pas de featurings, pas d’hommage, pas de voix qui poussent des marges pour partager les projecteurs avec Peep. Il n’ya que SA musique. « My All & Broken Smile », le premier morceau, s’ouvre sur l’un des seuls détails inhabituels, un hit de batterie en acier programmé qui sonne comme une boîte à musique pour enfants.

Ses paroles sont tour à tour mortelles, sournoises, effrayantes et empathiques. Il écrit aussi souvent sur l’intimité et la codépendance que sur la cocaïne. Sur « Sex With My Ex », il associe le dur “Fuck me like we’re lying on our death bed” avec le tendre “Hear the sadness in your laughter.”. Il met des banalités juste à côté d’observations percutantes, imitant la texture de conversation réelle. Il garde souvent une chanson en place avec une seule ligne: “Break my bones but act as my spine/Wonder who you’ll fuck when I die,”, se demande-t-il dans « 16 lines ». Dans « Life Is Beautiful », il confit “When I die, I’ll pack my bags, move somewhere more affordable,”. Difficile d’imaginer que quelqu’un écrive des paroles aussi sombres et tristes.

Come Over Pt. 2 manque un seul point, un point d’exclamation pop-punk étincelant comme «Awful Things» ou «The Brightside» pour rompre la longue dérive de l’album.  L’album est un cadeau de Saint-Valentin offert à Peep et à ses fans. Il est conçu pour l’immersion et non pour la persuasion. Il ajoute quelques morceaux incroyables comme « Life Is Beautiful », « 16 Lines », « Hate Me », et « IDGAF ».

 

Découvrez aussi : [CRITIQUE D’ALBUM] SCH – JVLIVS

Comments
Chargement...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More