« Us » : Jordan Peele revient sur la scène finale

0

La fin du film a été mal interprétée chez les spectateurs. Deux semaines après la sortie du film, le réalisateur Jordan Peele a expliqué la séquence de son long-métrage « Us ».

Une mise en lumière. Le cinéaste américain Jordan Peele est revenu sur l’incompréhension des spectateurs autour de certaines scènes du film « Us ». C’est deux semaines après la sortie de son long-métrage que le réalisateur a décidé de répondre aux questions des fans. L’icône américaine a levé le voile sur la scène finale du film. De quoi rappeler que « Us » est un succès dans le box-office américain, après s’être hissé à la première place le week-end suivant sa sortie française, le 20 mars.

Attention, SPOILER !

Dans différentes publications sur la toile, Jordan Peele a apporté des réponses à l’incompréhension qui a animé les spectateurs, après le visionnage de « Us ». En premier lieu, il a expliqué la signification de la scène finale du film :

«Ce film parle peut-être du monstre, c’est toi. C’est à propos de nous, en nous regardant individuellement et en groupe. Le protagoniste dans le film est le substitut du public. J’ai donc eu l’impression qu’en fin de journée, je ne rendais pas justice à mon thème principal si je ne révélais pas que nous avons été le méchant de ce film. Nous suivons le méchant. Je dis méchant à la légère, car je pense que le film a fait l’objet de nombreuses expériences, et je pense que beaucoup de gens se posent la question de savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Est-ce que ça existe? Les deux personnages sont adorables et terrifiants. Ils se sont inspirés de la vie qu’ils ont menée pour inverser les chemins.  »

D’autres scènes sont également expliquées

Ensuite, le cinéaste est revenu sur débat opposant la nature et la nurture : « Je pense qu’une des questions qui a été soulevée est le privilège et la négligence que nécessite ce type de présomption de privilège mérité. Et quand les gens sont de l’autre côté, quand les gens ont été confrontés à la difficulté de l’argument, et qu’ils se rebellent, agissent avec violence ou commettent des crimes de ce côté-là, est-ce un mal ou une telle circonstance ? ».

Puis, le réalisateur a éclairci le flou planant sur la séquence d’ouverture : « C’était une réflexion intentionnelle: voir la fille avec ses ciseaux couper les poupées en papier tout en regardant, tout ce qu’elle va utiliser dans son expression et son parcours à la fin du film est un peu dedans, quelque part dans cette scène… Le muzak «Le Fleurs», la chanson dans laquelle nous jouons dans notre dernier film, Hands Across America, joue sur la publicité de Hands Across America. »

Dans une dernière publication, il est revenu sur le regard que pose Jason à sa sœur Adelaide à la fin de « Us : « Adelaide et Jason partageant ce moment à la fin, je laisse délibérément un peu vague sur ce qu’il sait exactement ou sur le chemin qu’il a parcouru pour déterminer ce qu’il a, le cas échéant, trouvé. Je pense que le petit sourire qu’elle lui fait fait beaucoup de choses. Je pense que c’est un lien avec le sourire diabolique qu’elle a eu autrefois en tant que petite fille, mais aussi une sorte de compréhension que sa cellule familiale était plus forte de cette expérience.  »

commentaires
Chargement...