Blow-Entertainment
BLOW Your Mind !

LA FRANCE VA RENDRE AU BÉNIN DES OEUVRES D’ART

Musée du quai Branly. Affiche de l'exposition "Les maîtres de la sculpture de Côte d'Ivoire". Du 14 avril au 26 juillet 2015.Galerie Jardin. Vue de l'exposition.Réunissant près de 200 oeuvres historiques et contemporaines, l'exposition met à l'honneur les grands sculpteurs et les écoles de sculpture de Côte d'Ivoire et de ses pays limitrophes. Elle resitue les sculptures dans le contexte religieux et stylistique des Ateliers du 19e et début du 20e siècle, notamment chez les Sénoufo, les Lobi, les Dan ou encore les Baoulé, en les considérant sous l'angle de leur force esthétique et de la singularité de leur créateur. L'exposition présente également des installations et oeuvres d'artistes contemporains: la nouvelle génération d'artistes africains « transnationaux », héritière des grands artistes du passé, met en avant la continuité créative des sculpteurs d'Afrique de l'Ouest dans la période postcoloniale.
0

Les oeuvres avaient été volées par l’Empire colonial en 1892.

Le Bénin s’apprête à récupérer ce qui lui revient de droit. Comme annoncé par la chaîne britannique BBC, pas moins de 26 oeuvres d’art – majoritairement des sculptures – devraient quitter le sol français dans les semaines à venir. Un transfert qui fait suite à une annonce du Président Emmanuel Macron.

Cette décision découle de la publication d’un rapport d’experts. Celui-ci statuait sur la présence non-justifiée de trésors nationaux du continent africain étalés dans les musées français. En l’espèce, le musée du Quai Branly qui exposait les oeuvres en question. Il y a quelques années, des officiels béninois avaient réclamé le rapatriement des oeuvres. Suite à l’établissement d’une commission réunie à cet effet, le chef de l’exécutif a ordonné le retour des oeuvres, « sans délai ». Il a par ailleurs ajouté qu’il espérait « une possible circulation future des oeuvres dans le but d’organiser des expositions, des prêts, et d’ultérieures coopérations ».

Après authentification, les experts ont identifié les 26 pièces comme appartenant à l’ex-Royaume du Dahomey, correspondant à l’actuel Sud-Ouest du Bénin. Elles auraient été subtilisées en 1892, par l’usage de la force.

On estime à des milliers d’oeuvres le nombre d’acquisitions ainsi perpétrées par l’empire colonial. Une majorité des 46 000 oeuvres exposées au Quai Branly répondraient à cette logistique impérialiste.

La France n’a malheureusement pas un rôle précurseur dans ces décisions. En effet, d’autres pays européens avaient déjà rendu il y a plusieurs années une quantité importante d’oeuvres nigérianes.

Lire aussi : INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : UN TABLEAU À 400 000 $

Comments
Chargement...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More